Conseils

Le vélo en toute sécurité

Feu vert velo

Que ce soit comme moyen de transport, pour la balade, le loisir ou le sport, un Français sur deux utilise régulièrement son vélo tout au long de l'année… et jusqu'à 80% au printemps et en été. Une pratique qui explose notamment en ville depuis l’arrivée des vélos en libre-service, tels que le Vélib’ à Paris ou le Vélo’v à Lyon. Ecologique et bénéfique pour la santé, ce mode de déplacement est devenu “branché”. Mais par peur de l’accident, certains hésitent encore à se lancer. Empruntant le même réseau que les véhicules motorisés, le cycliste est en effet un usager particulièrement vulnérable.

QUELQUES CHIFFRES SUR LES ACCIDENTS CYCLISTES

– Grâce aux efforts réalisés par les cyclistes, les pouvoirs publics, les fédérations et les associations, le nombre de bicyclettes impliquées dans un accident a été divisé par trois et le nombre de tués par quatre en 40 ans. Pour autant, les drames sont encore trop nombreux. 155 cyclistes ont ainsi trouvé la mort en 2012, et plus de 4 000 ont été blessés.

– Selon la Prévention Routière, 85% des accidents surviennent en ville, mais leurs conséquences sont moins graves qu’en rase campagne. Pour preuve, alors que 15% seulement des accidents se produisent en milieu rural, ils sont à l’origine de plus de la moitié des cyclistes tués.

– Dans 2 cas sur 3, les cyclistes accidentés sont entrés en collision avec une voiture. En toute logique, les accidents sont plus fréquents lors du retour des beaux jours – printemps et été –  et pendant la journée (moins de circulation en hiver et la nuit).  

– Les victimes cyclistes sont majoritairement des hommes: sur 5 cyclistes tués, 4 sont de sexe masculin. Certes, ils utilisent davantage le vélo que les femmes et plus souvent sur route, mais ils adoptent aussi plus fréquemment des conduites à risque (non-respect des règles de sécurité, consommation d'alcool et de stupéfiants).  

– 18 % des cyclistes tués et 21 % des blessés hospitalisés ont moins de 18 ans, mais c’est chez les plus de 65 ans qu’on recense les accidents les plus graves (plus de 35 % des tués).

Les principales causes d'accidents

– Le non-respect de la signalisation (feux, stop, etc…), par les cyclistes comme par les autres usagers.
– La non-prise en compte des cyclistes par les usagers motorisés (vitesse excessive, distance de sécurité non respectée…).
– Le défaut d’éclairage et de visibilité des cyclistes.
– Le tourne-à-gauche mal négocié du cycliste.
– Les chutes.
– Les angles morts sur les poids lourds, les transports en commun, les voitures…

UN CYCLISTE BIEN ÉQUIPÉ = SÉCURITÉ

Face à ces risques, il est important de disposer d’un équipement corporel adapté. A vélo, vous êtes en effet dépourvus de protections, silencieux et parfois peu visibles, ce qui nécessite de prendre quelques précautions :

– Le port d'un casque de vélo spécialement adapté aux risques de chute est primordial chez les enfants et les adultes. Si aucune obligation légale n'existe en France, le port d'un casque devrait être un réflexe comme celui de la ceinture de sécurité en voiture. La tête est en effet l’une des parties du corps la plus souvent touchée lors d’une chute ou d’un accident et le port du casque permet de réduire de 85 % les risques de lésions cérébrales. En clair, un casque peut vous sauver la vie. Pour être efficace, le casque de vélo doit être homologué, adapté à votre taille et correctement attaché (il doit être porté serré mais sans excès, être impérativement bouclé sous le menton et la mentonnière doit être parfaitement ajustée). Un réglage préalable est nécessaire avant chaque sortie, surtout chez les enfants.

– Optez de préférence pour des vêtements de couleurs claires et portez un baudrier ou un gilet de haute sécurité (le plus souvent jaune fluo) afin de vous rendre plus facilement repérable par les autres usagers. Le gilet est de toute façon obligatoire pour les cyclistes et leurs passagers circulant de nuit hors agglomération, ou le jour en cas de visibilité réduite.

– Evitez les vêtements amples et les écharpes, qui peuvent se prendre dans les rayons des roues du vélo.

– Enfin, des vêtements couvrant bras et jambes, ainsi que des gants vous protégeront efficacement des brûlures en cas de chute.

La liste des équipements obligatoires sur chaque vélo selon le code de la route.

– Deux freins (avant et arrière).
– Des dispositifs réfléchissants (catadioptres) de couleur blanche à l’avant, rouge à l’arrière et orange sur les côtés. Les pédales doivent également comporter des catadioptres sauf si elles sont rétractables.
– La nuit, ou le jour lorsque la visibilité est réduite : un feu de position avant (jaune ou blanc) et un feu arrière (rouge).
– Un avertisseur sonore (timbre ou grelot) : il doit pouvoir être entendu à 50 mètres au moins.

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES

Vérifiez toujours votre équipement avant chaque sortie. Portez notamment votre attention sur le contrôle des freins avant et arrière et assurez-vous que les pneus de votre machine soient suffisamment gonflés.

Vérifiez que vous êtes capable de garder votre équilibre et de rouler droit, même lorsque vous tendez le bras pour changer de direction ou jetez un coup d’œil  derrière vous ; que vous savez freiner et vous arrêter avec précision. Une parfaite maîtrise de votre vélo vous permettra ainsi de concentrer toute votre attention sur la circulation.

Le respect du Code de la route constitue une règle inhérente à la sécurité du cycliste. La plupart des accidents de vélo interviennent en effet majoritairement lorsque le code de la route a été enfreint par les cyclistes : non-respect de l'arrêt à un stop ou à un feu rouge, non-indication de la volonté de doubler en tendant le bras dans la direction visée, circulation en sens interdit, alcoolémie, circulation sur les trottoirs (strictement interdit, sauf pour les enfants de moins de 8 ans)... A l'inverse, en se conformant strictement aux règles du code de la route, les cyclistes pensent et agissent comme les automobilistes, ce qui évite les surprises de part et d'autre. Le Code de la route s’applique d’ailleurs aux cyclistes comme aux autres usagers. En cas d’infraction, le cycliste ne peut se voir retirer des points sur son permis de conduire - “Il ne peut y avoir de retrait de points que pour les infractions commises au moyen de véhicules pour la conduite desquels un permis de conduire est exigé”, circulaire du 11/03/04 - mais il est en revanche passible d’une amende, dont le coût variera selon la gravité des faits reprochés.

Évitez les routes à grande circulation, ainsi que les déplacements en cas de visibilité réduite: nuit, tombée de la nuit, brouillard important...

Contrôlez votre vitesse en toutes occasions. La vitesse excessive à vélo est dangereuse puisqu'elle empêche le cycliste de se concentrer sur les dangers de la route. Un cycliste étant par nature moins visible qu'une automobile, la vitesse doit être sans cesse adaptée par le cycliste, notamment dans les croisements.  

Circulez sur les aménagements cyclables lorsqu’ils existent. Certains sont d’ailleurs obligatoires    "Cyclistes : les panneaux de signalisation à connaître"

Sur la chaussée, roulez à droite mais ne serrez pas de trop près le bas-côté des routes de campagne (attention aux ornières et gravillons), ou les véhicules en stationnement en ville (gare aux ouvertures de portières intempestives, aux piétons qui débouchent entre deux voitures, etc…).

Avant de tourner, regardez toujours derrière pour vérifier que vous pouvez le faire sans risque. Tendez le bras pour indiquer votre intention de changer de direction.

Attention aux angles morts, notamment ceux des poids lourds et véhicules de transport en commun. Selon votre place par rapport au véhicule, vous êtes visible… ou non. L’important est de toujours garder le contact visuel. Si vous pouvez voir le chauffeur, il peut vous voir aussi. Tentez de ne jamais rouler au côté d'un camion ou d'un véhicule long.

Ne remontez jamais les files de voitures par la droite. Non seulement vous risquez de surprendre les autres conducteurs, qui ne s’attendent pas à vous voir circuler de ce côté, mais en plus vous vous trouverez dans leur angle mort.

Redoublez de prudence aux intersections, lieu de conflit permanent avec les autres véhicules, même lorsque vous circulez sur une piste cyclable. Dans les carrefours difficiles, n’hésitez pas à descendre de votre vélo et à emprunter les passages pour piétons. Evitez les routes à grande circulation, ainsi que les déplacements en cas de visibilité réduite: nuit, tombée de la nuit, brouillard important. Dans les carrefours giratoires et les rond-points, restez sur la voie la plus à droite, même si vous voulez sortir à gauche de votre axe d’entrée.

N'écoutez pas de musique sur votre lecteur mp3 tout en pédalant. Cela vous coupe de l’environnement extérieur et vous empêche d’entendre un véhicule à l’approche. Soyez d’ailleurs particulièrement attentif à tout ce qui se passe autour de vous. Cette vigilance s’avèrera bénéfique dans certaines situations: appel d’air provoqué par le dépassement d’un camion, rafales de vent, pluie, chaussée glissante, changements directionnels en cas de mauvaise visibilité. Pensez à anticiper, en surveillant les mouvements des autres usagers de la route.

En groupe, roulez en file indienne. Hors agglomération, vous avez le droit de rouler à deux de front, mais pas plus. Faites bien attention de ne pas obliger les véhicules à des manœuvres d’évitement dangereuses si la chaussée est étroite.

Réagissez à cet article

help

help

Mot de passe oublié ?