Conseils

Connaître son type de foulée

0
partage
Partager sur facebook
Tweeter
 

Avant de se lancer dans la course, en compétition ou non, il faut déjà déterminer son type de foulée. Entre universelle, pronatrice ou supinatrice, chaque type de foulée nécessitera des chaussures spécifiques pour éviter les blessures. Alors comment bien déterminer le sien pour ne plus jamais se tromper ?

People running in city marathon

La première fois que vous avez acheté une paire de running, un vendeur vous a probablement demandé quel était votre type de foulée ? Universelle, pronatrice ou supinatrice, ne signifiait alors rien pour vous. Et pourtant, déterminer et connaître son type de foulée change considérablement sa pratique. « On est dit “universel” lorsqu’on court normalement, “pronateur” quand les jambes rentrent vers l’intérieur (en “chasse neige”) et “supinateur” quand on court quasiment sur l’extérieur des pieds et qu’on ronge la partie externe des chaussures », explique Benjamin Malaty, un des meilleurs marathoniens français. Des études indiquent que 45% de coureurs auraient une foulée universelle (ou neutre), 45% seraient pronateurs et 10% supinateurs. Reste à bien déterminer son profil.

Astuces pour déterminer sa foulée

Il existe plusieurs manières d’identifier sa foulée. Une des plus simples et répandues consiste à observer l'usure de la semelle extérieure de ses anciennes (ou actuelles) chaussures de course. Si la semelle est usée au milieu de l’avant pied, cela indique que vous avez une foulée universelle. Si, elle est usée sur le bord interne de l’avant du pied, il s’agit d’une foulée pronatrice et si l’usure intervient sur le bord externe de l’avant du pied, d’une foulée supinatrice. Le type de foulée est aussi souvent associée à l’anatomie du pied. Vous pouvez donc commencer par déterminer quel type de pied vous avez (les pieds creux, plats ou normaux) en réalisant un test simple dit de l’empreinte. Il consiste à mouiller ses pieds et observer la forme de l’empreinte laissée sur un sol sec. Pour éviter le moindre doute, la meilleure solution reste de consulter un podologue ou réaliser des tests sur un tapis de course.

Pronateurs et supinateurs, attention danger !

Plus globalement, la pronation détermine la façon dont le pied se déroule vers l'intérieur lors de la marche ou la course. Elle permet notamment d'atténuer le choc du contact initial (sans elle, l'impact de chaque pas serait transmis le long de la jambe et affecterait la mécanique normale des membres inférieurs). Si vous avez une foulée universelle, le déroulé du pied commence de la partie extérieure du talon puis le pied tourne légèrement vers l'extérieur avant de toucher le sol. A l’impact, le mouvement se déplace vers l'intérieur du pied pour finir au niveau du gros orteil au moment de la propulsion.

Lorsque vous êtes pronateurs, le pied a tendance à s'aplatir à l’impact. Cela peut être très dangereux car au lieu de donner l’impulsion, le pied continue à se dérouler et le poids se porte alors sur le gros orteil en raison d'un mouvement exagéré du pied vers l'intérieur. Ce type de foulée peut provoquer des torsions au niveau du pied, du tibia et de la cheville. La supination (aussi appelée sous pronation), se définit par un déroulé insuffisant du pied vers l'intérieur au moment de l’impact au sol. Le mouvement part de l'extérieur du pied mais contrairement à la foulée universelle, ne finit pas vers l'intérieur. Le poids reste donc figé sur la partie extérieure du pied jusqu'à la fin, avant de finalement revenir sur l'intérieur. Ce type de foulée peut provoquer une tension intense au niveau du pied et causer des blessures au genou ou au tendon d'Achille. (Lire la suite en page 2 ci-dessous)

Comment choisir ses chaussures selon sa foulée ?

Si vous avez une foulée universelle, un grand choix de chaussures s’offre à vous. Privilégiez tout de même une chaussure de qualité avec un amorti neutre ou une chaussure qui apporte une bonne stabilité. Pour une foulée pronatrice, il est indispensable de se procurer une paire de running proposant un renfort du côté intérieur afin de soutenir davantage le pied et limiter son affaissement, qui généralement s’accentue au fil de la course avec l’arrivée de la fatigue. Il existe plusieurs modèles de chaussures adaptés aux pronateurs (exemple: Kiprun Pronation). Les supinateurs, provoquent généralement une usure excessive du talon extérieur des chaussures. Nous conseillons donc des chaussures qui atténuent les chocs, flexibles et légères avec un bon amorti. Des chaussures avec une forme incurvée sont vivement recommandées pour aider à une pronation correcte. Les supinateurs doivent aussi éviter les chaussures avec des caractéristiques axées sur la stabilité.

Par Frédéric Yang

À lire aussi...

S'entraîner pour courir un 5km

Footing homme

Bien s'équiper pour le running

Julien Bartoli

Les conseils d'un expert

running vma (L'Equipe)

Améliorer son endurance

0
partage
Partager sur facebook
Tweeter
 
Réagissez à cet article

help

help

Mot de passe oublié ?