0
partage
Partager sur facebook
Tweeter
 

Au football, il y a onze joueurs dans chaque équipe et chacun peut trouver sa place sur le terrain, en fonction de ses qualités physiques, techniques et mentales. Du gardien à l'attaquant, Ilosport passe au scanner tous les postes du football pour vous aider à faire votre choix.

Gardien foot

LE PHYSIQUE

Le gardien de but doit posséder les qualités physiques suivantes : la puissance, la détente et l’explosivité. Être puissant, pour un gardien, c’est avant tout l’assurance de pouvoir s’imposer physiquement dans les duels face aux attaquants adverses et avoir la certitude de pouvoir sortir sans crainte dans les airs. Face à un gardien qui dégage de la puissance, les adversaires auront toujours une certaine appréhension qui ne peut que lui être profitable.

La détente est utile à la fois pour les sorties aériennes et les plongeons. Un gardien qui saute haut (et loin) a forcément un avantage pour atteindre un ballon quand son placement n’est pas idéal. Enfin, l’explosivité est nécessaire pour effectuer des mouvements rapides, réagir vite sur les frappes adverses ou jaillir rapidement dans les pieds des attaquants lors des duels en un contre un.

LA TECHNIQUE

C’est parfois un peu à contrecœur qu’on devient gardien de but. Beaucoup de grands gardiens racontent même qu’ils sont arrivés dans les cages par hasard, un peu, et parce que personne d’autre ne voulait y aller, surtout. Accepter de devenir gardien, c’est accepter de travailler énormément sur le plan technique. Vous connaissez un autre poste où il y a des séances d'entraînement spécifique même dans les clubs de district ?

Un entraînement nécessaire puisque le gardien a besoin de répéter ses gammes : prises de balle, sorties aériennes, duels, arrêts réflexes... autant de gestes qui doivent être sans cesse travaillés. Il est important également de posséder de bons appuis et de se placer correctement pour être performant. Enfin, il est conseillé d’être doté d’un bon jeu au pied, pour ne pas être ennuyé à la réception des passes en retrait de ses coéquipiers. Et éviter ainsi ce genre de catastrophe.

N'oubliez pas de cliquer sur le lien des pages suivantes ci-dessous pour accéder aux rubriques suivantes sur le poste de gardien de but.

LA TAILLE

“Bon, le gardien n’est pas là aujourd’hui, c’est toi le plus grand, alors tu vas aller dans les buts !” C’est le genre de phrases qu’on peut entendre dans les vestiaires de petits clubs. Dans l’imaginaire collectif, un gardien de but est forcément de grande taille. Les statistiques du haut niveau ne viennent pas contredire cette vision puisque la taille moyenne des gardiens de L1 était de 1,86 m en 2012-2013.

Être grand est un atout incontestable pour un gardien, notamment dans les sorties aériennes. Cette grande taille s’accompagne souvent d’une envergure qui impressionne et influence les attaquants adverses : plus le gardien est grand, plus le but semble petit. Souvent considéré comme un désavantage, la petite taille n’a cependant pas empêché des gardiens comme Jérémy Janot (1,76 m), René Higuita (1,75 m) ou Jean-Luc Ettori (1,74 m) de réaliser de grandes carrières.

LE MENTAL

Le gardien de but est une partie intégrante d’une équipe de football. Mais on pourrait presque dire qu’il ne pratique pas le même sport que ses coéquipiers. Si les joueurs sont en continuel mouvement, multiplient les efforts et les duels, le gardien est souvent inactif et n’intervient qu’à quelques reprises pendant un match. L’aspect psychologique est donc très important puisqu’il faut parvenir à garder sa concentration, malgré la relative inactivité.

Et surtout, le gardien est une sorte d’équilibriste sans filet puisque s’il fait une erreur, elle sera forcément visible et coûtera cher à son équipe. Sur le plan mental, il faut donc être capable de résister à la pression inhérente au poste. Il suffit de voir la tête d’un gardien après une bourde pour comprendre la détresse que peuvent parfois ressentir les “hommes gantés”.

L’EXEMPLE PARFAIT

Si des chercheurs devaient créer le prototype du gardien moderne, ils prendraient certainement Manuel Neuer comme modèle. Grand (1,93 m), doté de bras interminables, le gardien du Bayern Munich et de l’équipe d’Allemagne est très à l’aise dans les airs, mais aussi impérial sur sa ligne.

Sa grande taille ne l’empêche pas d’être explosif et d’avoir des réflexes étonnants. Adroit des deux pieds et précis avec ses mains, il est un formidable relanceur qui permet à son équipe de se projeter vite vers l’avant. A 27 ans, il semble avoir atteint une forme de plénitude qui lui permet de faire partie de la cour des très grands gardiens actuels avec Petr Cech, Gianluigi Buffon et Iker Casillas.

LE PARFAIT CONTRE-EXEMPLE

1,84 m sous la toise, 84 kilos sur la balance. Une détente médiocre, une envergure loin d’être impressionnante. Et pourtant… Presque 600 matches en Ligue 1. 11 sélections en équipe de France. Deux titres de champion de France. Deux coupes de France. Plus de quinze ans à arpenter les terrains de Ligue 1 pour se forger un CV hors norme dans le football français. Vous l’avez compris, c’est de Mickael Landreau qu’il est question. La preuve bien vivante qu’être gardien, ce n’est pas seulement être grand et sauter haut. Grâce à sa science du placement, ses réflexes et son leadership, Landreau a su se forger une place parmi les meilleurs gardiens français des vingt dernières années. Preuve qu’il ne faut pas forcément mesurer 1,95 m pour rêver en grand.

LE TRUC EN +

“Il y a en lui une pointe de folie qui rassure.” En évoquant ce qu’il appréciait le plus chez Fabien Barthez, l’ex-sélectionneur des Bleus Raymond Domenech a certainement pointé du doigt ce qui sépare les gardiens de leurs coéquipiers. Pour être un bon gardien, il faut forcément avoir une pointe de folie. Parce que pour se jeter sans réfléchir dans les pieds des adversaires, sortir au milieu de 10 joueurs pour boxer un ballon sur corner ou effectuer un plongeon en frôlant le poteau, il faut forcément être un peu différent des autres ...

Réagissez à cet article

help

help

Mot de passe oublié ?