Tout savoir

Les bienfaits du sport pour notre cerveau

0
partage
Partager sur facebook
Tweeter
 

Si les effets du sport sur le corps sont bien connus (tonicité, force, retardement du vieillissement, endurance, etc)., ceux sur le cerveau ne sont pas forcément si évidents. Saviez-vous, par exemple, que le sport a des effets semblables à la morphine sur notre cerveau? Ou qu'il permet de lutter contre la dépression ? Voyons cela plus en détails.

Les effets euphoriques du sport

Cette sensation, bien connue des sportifs confirmés, fait parfois sourire les néophytes qui souffrent lors de leurs premières séances. Pourtant, elle a une explication scientifique très simple à comprendre : pendant et après l'activité physique, le cerveau fabrique de l'endorphine, une hormone à la composition proche de la morphine, qui va entrainer cette sensation de bien-être et de confiance en soi. 

Les effets antidépresseurs du sport

Autre effet très intéressant du sport sur la santé mentale, il permettrait d'éviter la dépression et l'angoisse. Si cet effet s'explique en partie par l'action des endorphines, il semblerait que ce ne soit pas la seule explication : maîtrise de soi, défoulement, plaisir de réussir, etc jouent également pour beaucoup dans la lutte contre les situations de déprime. Il existe également d'autres neurotransmetteurs comme la sérotonine, qui exercent également un rôle actif contre la dépression.

Attention cependant, le sport ne peut, à lui tout seul, guérir une véritable dépression, cliniquement reconnue.  Il peut aider à estomper les symptômes mais cette maladie doit être accompagnée par un médecin. 

Les effets antistress du sport

Les endorphines permettent aussi de lutter contre le stress et la douleur. Vous le sentirez très rapidement, après quelques séances de sport, vous aurez l'impression de moins vous laisser atteindre par les soucis du quotidien. 

Ainsi, les sportifs réguliers sont moins sujets au stress que les non sportifs mais, pour diminuer l'angoisse et l'anxiété, le programme sportif doit être effectué à une « bonne » intensité (comprenez : provoquer un essoufflement important), et ce pendant au moins 20 minutes.

Sport et dépendance

Certains sportifs se disent carrément dépendants à l'activité physique. On pourrait penser en effet, que la composition des endorphines, semblable à celle des opiacées, entraine cet effet de dépendance physique.
 
Toutefois, les spécialistes affirment que les endorphines étant rapidement détruites par les enzymes de l'organisme, cette dépendance ne serait que psychologique. Les sportifs réguliers auraient ainsi du mal à se passer de la sensation de bien-être et de plénitude qu'ils ressentent pendant et après l'effort. 

Bandeau Fysiki

À lire aussi

Entraide équipe

Trouver une bonne cohésion de groupe

Sommeil et sport

Sport et sommeil

Disappointed tennis player, sitting on the ground, holding his head. (L'Equipe)

Le mental, facteur X

Addiction

Addiction du sport, c'est grave docteur ?

0
partage
Partager sur facebook
Tweeter
 
Réagissez à cet article

help

help

Mot de passe oublié ?