Découverte

Des sports régionaux au top !

Comme de nombreux autres domaines, le sport est un symbole de la diversité et de la richesse culturelle française. Dans tout l'Hexagone, existent des sports pas forcément très connus au niveau national, mais au fort ancrage local. Nous avons choisi de vous présenter cinq d'entre eux. 

Pelote basque

Pelote basque – Pays Basque

C'est le sport le plus connu de la liste. Comme la majorité des jeux de balle, la pelote basque s’est inspirée du jeu de paume. Et même s’il est pratiqué un peu partout en France, son bastion se situe dans le sud-ouest de l’Hexagone. La pelote basque est un sport qui allie l’habileté et la force. Hormis trois spécialités (rebot, pasaka, laxoa), elle se joue de manière indirecte. Les joueurs doivent se renvoyer la pelote à tour de rôle, que ce soit à la volée ou après un rebond au sol. Le joueur doit frapper la balle grâce à une chistera, panier en osier fixé à la main du joueur à l’aide d’un gant en cuir. Celui qui n’arrive pas à renvoyer la balle sur le mur frontal perd le point. La pelote basque est une discipline qui peut se pratiquer avec ou sans instrument. À chaque instrument correspond une spécialité, huit au total.

Le ballon au poing - Picardie

Comme la pelote basque, le ballon au poing est un dérivé du jeu de paume. Mais la filiation entre le ballon au poing et “le jeu des rois et le roi des jeux" (le jeu de paume) est encore plus exacerbée, puisque c’est une des variantes de la longue paume, elle-même une variante du jeu de paume. Les règles de base sont relativement simples à comprendre puisqu’elles ressemblent plus ou moins à celles du tennis : le système de comptage des points (15, 30, 45, 60) est presque similaire et deux équipes doivent se renvoyer la balle après un rebond ou à la volée. La comparaison s’arrête là, puisque le terrain de ballon au poing est beaucoup plus grand (65 m x 12 m). Le ballon est frappé avec le poignet (protégé par une bande de cuir) et les équipes sont composées de 6 joueurs. Le ballon au poing est un sport fortement ancré en Picardie, puisqu’on estime à environ 2500 le nombre de licenciés, tous dans cette région !

Gouren – Bretagne

Gouren pour les uns, lutte bretonne pour les autres. Le nom diffère, mais quoi qu’il en soit, il s’agit du sport breton par excellence. Une partie de gouren voit s’affronter deux adversaires debout. Dès que l’un des lutteurs touche le sol avec une partie du corps autre que les pieds, la partie s’arrête momentanément afin que le ou les lutteurs se remettent debout. Pour gagner directement la partie, il faut faire en sorte que les épaules de l’adversaire touchent directement le sol lorsque celui-ci est mis à terre. Un combat de gouren peut durer jusqu’à sept minutes. Preuve de l’ancrage régional de la discipline, depuis 1998, le gouren fait partie des épreuves facultatives du baccalauréat en Bretagne.

Jeu de quilles au maillet – Sud-ouest

Le jeu de quilles au maillet est aujourd’hui pratiqué dans sept départements du Sud-Ouest. Pour faire simple, il y a deux rangées de trois quilles. Les quilles de la première rangée mesurent 50 cm, les autres s’élèvent à 55 cm. Le principe parait évident : il faut les faire tomber, et ce à l’aide d’un maillet. Ce dernier est fait en bois et a la forme d’une bouteille. Le tir doit s’effectuer à dix mètres des quilles. Pour marquer un point, il est indispensable de conserver une quille debout après 1, 2 ou 3 lancers de maillet. Si le joueur fait tomber les six quilles, son tir est annulé. Un sport, aussi bien individuel que collectif, qui est affilié à la Fédération française de bowling et de sports de quilles (FFBSQ) depuis 1992.

Pilou – Région niçoise

Au pays niçois, le pilou est roi. Si ce n’est pas une devise officielle, la sentence pourrait très bien l’être. Au début du XXe siècle, apparaissent les pièces de monnaies percées, notamment celles valant 25 centimes. Un Niçois eut alors l’idée de placer un volant (appelé « pilou ») dans le trou et de jongler avec, tel un footballeur. Depuis, le jeu s’est répandu dans la région et il n’est pas rare de croiser enfants, étudiants ou seniors pratiquant le pilou. D’ailleurs, les règles ne sont pas très compliquées. En règle générale, ce sont deux équipes de 2 joueurs qui s’affrontent au sein d’une partie. Placés en diagonales, chaque joueur défend un cercle autour de lui. Le participant qui a le pilou sur lui et avec lequel il est en train de jongler doit l’amener progressivement dans le cercle d’un de ses adversaires. Pour défendre, celui-ci doit faire obstruction et faire tomber le pilou en dehors de son cercle. Autre possibilité, tirer le pilou en direction du cercle en espérant que l’adversaire ne puisse pas le rattraper. Dans ces cas-là, il récupère le pilou et peut attaquer à son tour. Les passes entre coéquipiers sont évidemment autorisées. Petite anecdote : dans le film « La main au collet » (1955) d’Alfred Hitchcock qui se déroule sur la Côte d’Azur, on peut apercevoir une scène où deux policiers jouent au pilou lors d’une planque.

Réagissez à cet article

help

help

Mot de passe oublié ?